4 départements de recherche
750 employés
45 nationalités
55 équipes de recherche
16 lauréats ERC
260 publications par an
24000 m² de laboratoires

Soutenez-nous via

Fondation universite de Strasbourg
mardi 22 août 2017 - 14h30
Dr Svetlana Dokudovskaya

Regulation of the mTORC1 pathway: from structure to function and back

lundi 28 août 2017 - 11h00
Dr Nicola Iovino

Epigenetic regulation of early development

vendredi 01 septembre 2017 - 11h00
Dr Pierre-Antoine Defossez

A histone mimic links DNA replication and DNA methylation maintenance

Palmarès prix de thèse SBS : Prix de la Fondation Unistra 2017 Société de Biologie de Strasbourg : Patrick LAURETTE


Une nouvelle approche thérapeutique pour la myopathie myotubulaire

Coupes transversales de muscles. À gauche les fibres musculaires normales, au milieu celles d’une souris malade et à droite celles d’une souris malade surexprimant MTRM2.

19 juillet 2017

La myopathie myotubulaire est une maladie rare d’origine génétique qui se manifeste par une faiblesse musculaire apparaissant dès la naissance ou dans les premiers mois. Elle est due à un défaut de la protéine MTM1. L’équipe de Jocelyn Laporte, en collaboration avec l’équipe de Sylvie Friant (CNRS – Université de Strasbourg), a comparé les fonctions de cette protéine MTM1 à celles d’une protéine homologue, MTMR2, impliquée elle dans une neuropathie. Cela leur a permis, d’une part, d’expliquer pourquoi ces protéines sont associées à des maladies neuromusculaires différentes, et d’autre part, de montrer que la surexpression d’une version spécifique de MTMR2 chez des souris myopathes par manque de MTM1 prévient la progression des symptômes. Ces travaux ont été publiés dans Human Molecular Genetics le 06 juillet 2017.


En savoir plus

Imprimer Envoyer

Dynamique des coactivateurs transcriptionnels : mise en évidence de deux populations distinctes

Dans le noyau, les coactivateurs SAGA et ATAC sont divisés en deux populations distinctes, l'une interagissant avec la chromatine par des modifications (c'est-à-dire H3K4me3) et donc fixe, l'autre libre et mobile.

19 juillet 2017

La transcription des gènes est contrôlée par de nombreux facteurs protéiques tels que les complexes coactivateurs SAGA et ATAC qui ont des activités de modification de la chromatine.  L’équipe de Laszlo Tora à l’IGBMC s’est intéressée à la mobilité intracellulaire de ces coactivateurs et a démontré que pour chaque complexe, il existe une population « mobile » et une population « fixe», en fonction de leur stabilité d’interaction avec la chromatine.  L’équilibre entre ces deux populations serait un nouveau moyen de réguler la transcription. Ces résultats sont publiés le 19 juillet dans l’EMBO journal.

 

En savoir plus

Envoyer

Immunité innée : une nouvelle voie de signalisation découverte

Schéma de la phosphorylation de l’inflammasome par Golgi

18 juillet 2017

La défense d’un organisme dépend de sa capacité à reconnaître les signaux de dangers, notamment grâce aux macrophages qui agissent contre les agents pathogènes et les débris cellulaires. L’activation de ces cellules représente un mécanisme crucial de la défense immunitaire et leur dérégulation est à l’origine d’un excès d’inflammation ainsi que de maladies autoimmunes. L’équipe de Roméo Ricci a mis à jour une nouvelle voie de signalisation impliquée dans la régulation de l’inflammation. Pour la première fois, il a été observé que l’appareil de Golgi, une importante structure de la cellule, intervient dans l’activation de l’inflammasome, un complexe protéique sensible aux pathogènes. Les chercheurs ont également montré qu’interférer avec son activation bloquait l’inflammation. Ces travaux sont publiés le 17 juillet 2017 dans le Journal of Experimental Medecine (JEM).

En savoir plus

Envoyer

Identification d’un nouveau gène impliqué dans l’hypoplasie pontocérébelleuse

IRM cérébrales de personnes atteintes de mutations TBC1D23. La première rangée montre des coupes sagittales de quatre individus différents présentant une hypoplasie pontocerebellaire (PCH) (flèches blanches) ; une hypoplasie du corp callosum (F1-II-3, double pointe de flèche) et une agénèse du corp callosum (F1 II-2 et F2 II-4, pointes de flèches). La deuxième rangée présente des sections axiales révélant un cervelet peu développé, en forme de papillon (asterisque rouge).

17 août 2017

Les hypoplasies pontocérébelleuses constituent un groupe de pathologies principalement caractérisées par un développement insuffisant du cervelet et du tronc cérébral qui sont diversifiées tant d’un point de vue clinique que génétique. À ce jour, dix sous-types d’hypoplasie pontocérébelleuse ont été répertoriés en se basant sur des aspects cliniques et moléculaires. Bien que des mutations dans 13 gènes différents aient déjà été identifiées comme responsables de cette maladie, 25 % des cas restent encore inexpliqués. L’équipe de Jamel Chelly à l’IGBMC a mis à jour un nouveau gène impliqué dans l’hypoplasie pontocérébelleuse. Ces travaux sont publiés le 17 août dans The American Journal of Human Genetics.

 

En savoir plus

Envoyer

Identification d’un gène majeur impliqué dans le syndrome Koolen-de-Vries

Régions du cerveau altérées dans les modèles souris du syndrome de Koolen de Vries.

13 juillet 2017

Le Syndrome Koolen-de-Vries correspond à une délétion du fragment chromosomique 17q21.31 et se manifeste par un retard mental, un comportement amical et des anomalies morphologiques. Découverte en 2008, cette maladie rare reste encore peu caractérisée au niveau génétique et moléculaire. En étudiant les signes cliniques et biologiques de la maladie chez la souris, l’équipe de Yann Hérault à l’IGBMC, en collaboration avec Bert De Vries et David Koolen à l’Institut du Cerveau, de la cognition et du comportement aux Pays-Bas, ont démontré l’implication majeure du gène Kansl1, codant pour un facteur de remodelage de la chromatine, présent dans la région. Ces travaux ont été publiés le 13 juillet 2017 dans la revue Plos Genetics.


En savoir plus

Envoyer
Université de Strasbourg
INSERM
CNRS

IGBMC - CNRS UMR 7104 - Inserm U 964
1 rue Laurent Fries / BP 10142 / 67404 Illkirch CEDEX / France Tél +33 (0)3 88 65 32 00 / Fax +33 (0)3 88 65 32 01 / directeur.igbmc@igbmc.fr