4 départements de recherche
750 employés
45 nationalités
55 équipes de recherche
16 lauréats ERC
260 publications par an
24000 m² de laboratoires

Soutenez-nous via

Fondation universite de Strasbourg

Service Communication

Tél. +33(0) 3 88 65 35 47

Accès direct

Science & société

Les chiffres 2014

11 bourses ERC
16 prix et distinctions
3 rendez-vous grand public
23 actualités scientifiques majeures

Actualités scientifiques

Investissements d’avenir : le projet LabEx INRT de l’IGBMC est retenu

L’IGBMC est implanté sur le parc d’innovation d’Illkirch, dans un environnement scientifique et industriel d’excellence situé au coeur de l’Europe.

25 mars 2011

François Fillon, premier ministre, Valérie PECRESSE, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et René RICOL, Commissaire général à l’Investissement ont annoncé ce vendredi 25 mars les résultats de l’appel à projet « Laboratoire d’excellence » lancé dans le cadre des investissements d’avenir. Le projet « INRT » porté par l'IGBMC fait également partie des 100 lauréats. Cette déclaration suit de peu les résultats de l’appel à projet « Infrastructures en biologie et santé » qui avait déjà retenu pas moins de 3 projets impliquant l’Institut. L’enveloppe de plusieurs millions d’euros permettra à l’IGBMC de développer des thématiques de recherche porteuses et d’augmenter son rayonnement sur la scène scientifique internationale.

Afin de relever les défis de demain, notamment en termes d’innovation et de développement durable, le gouvernement français a annoncé en juin dernier la mise en œuvre d’un vaste plan d’investissement. En tout, 22 milliards d’euros seront distribués à l’enseignement et la recherche via divers appels à projets (Equipements d’excellence, Initiatives d’excellence, Laboratoires d’excellence, etc.). L’appel à projet Laboratoires d’excellence (LabEx) permettra de valoriser les laboratoires qui soumettent un programme de recherche de très haute qualité scientifique, associant un projet de formation et un projet de valorisation et de diffusion des résultats aussi bien vers l’industrie qu’en direction de la sphère sociale et culturelle.
Depuis sa création en 1994, l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (IGBMC) s’est considérablement développé. Il fait aujourd’hui partie des plus importants centres de recherche biomédicale en Europe, comme en attestent ses nombreuses publications dans les revues prestigieuses Nature, Science et Cell. Le projet LabEx INRT (Integrative biology : Nuclear dynamics, Regenerative and Translational medicine) porté par l’Institut lui permettra de poursuivre sa quête d’excellence, en augmentant notamment sa visibilité et son attractivité auprès des étudiants et chercheurs dans le monde entier, mais également auprès des industries régionales et nationales. Il est mené en collaboration avec plusieurs équipes de l’institut et associe le CNRS, l’Inserm et l’Université de Strasbourg.
Parier sur les enjeux scientifiques de demain
La stratégie scientifique du projet vise à asseoir la renommée de l’Institut et à lui assurer une place de choix sur la scène scientifique mondiale. En plus de renforcer le socle de compétences déjà en place à l’Institut (plus de 45 équipes de recherche), les subventions serviront à favoriser la recherche transdisciplinaire de très haut niveau en proposant des chaires d’excellence pour le recrutement de chercheurs à l’international autour de trois axes scientifiques prioritaires :
Dynamique nucléaire et épigénétique : Visualiser la régulation de l’expression des gènes grâce à des approches en imagerie et biologie structurale. L’utilisation de méthodes à haut débit pourra permettre d’identifier de nouvelles molécules et de décrire leur rôle dans des maladies comme le cancer.
Médecine régénérative et translationnelle : Maîtriser la différentiation cellulaire pour proposer de nouvelles solutions à la médecine régénérative. Utiliser des modèles murins pour étudier la physiologie et les mécanismes associés aux maladies, avec un accent particulier sur les maladies psychiatriques et comportementales.
Biologie quantitative et des systèmes : Développer les recherches à l’interface entre la biologie et la physique et renforcer les capacités techniques de l’Institut dans les domaines de la bioinformatique et de l’imagerie.
Ces chaires d’excellence permettront ainsi de recruter des experts de renommée internationale qui iront rejoindre les équipes de l’institut travaillant déjà sur ces sujets afin de développer ces thématiques en plein essor. Ces champs d’expertise seront également largement prioritaires dans les programmes de bourses doctorales et le recrutement de post-doctorants.
Recruter et former, c’est miser sur l’avenir !
Augmenter l’attractivité de l’institut auprès de chercheurs et étudiants, telle est l’ambition du projet INRT. La sensibilisation passe d’abord par l’organisation d’événements scientifiques grand public (visites de scolaires, d’associations de patients, Fête de la science, Téléthon, etc.). Une « école d’été » sera également mise en place afin d’encourager les étudiants à se lancer dans une carrière scientifique en leur faisant découvrir le monde de la recherche. Le rayonnement de l’IGBMC sera assuré grâce un programme international de recrutement des doctorants et post-doctorants de plus en plus compétitif. L’éventail des modules de formation proposés par l’Institut sera augmenté et cherchera à intégrer des cours en partenariat avec les universités étrangères à proximité de Strasbourg (Bâle, Fribourg et Heidelberg) ainsi qu’une formation dédiée au transfert technologique et aux partenariats avec l’industrie.
Exploiter au mieux les résultats des chercheurs
L’IGBMC est situé sur le parc d’innovation d’Illkirch, un technopôle important dans le paysage scientifique régional et positionné stratégiquement au carrefour de l’Europe. Cet environnement est particulièrement favorable au développement de partenariats avec le monde industriel et pharmaceutique. Avec l’INRT, l’Institut aura pour objectif de développer le transfert des résultats scientifiques vers l’industrie. A cet effet, l’IGBMC souhaite favoriser la détection précoce des projets présentant un intérêt pour le monde industriel. En initiant des bourses CIFRE* et en créant des chaires d’excellence en partenariat avec les industries, l’Institut pourra ainsi valoriser plus facilement les résultats scientifiques et les traduire le cas échéant en brevets.
Le projet INRT tirera finalement profit de l’environnement technologique unique dont bénéficie l’IGBMC grâce aux deux infrastructures technologiques européennes et nationales situées sur le campus de l’Institut : l’Institut clinique de la souris (ICS) mais également le futur Centre de Biologie Intégrative (CBI) qui hébergera le programme INSTRUCT. Grâce aux investissements d’avenir, de nouvelles infrastructures sont à prévoir dans un futur proche.
*Convention industrielle de formation par la recherche
Innover dans les infrastructures en biologie et santé
Le 4 mars dernier, les résultats de l’appel à projets Infrastructures nationales en biologie et santé, ont été divulgués. Les 11 lauréats nationaux ont été dotés d’une enveloppe globale de 220 millions d’euros. Deux de ces projets, PHENOMIN et FRISBI, sont portés par l’IGBMC et coordonnés par le CNRS.
Avec PHENOMIN, l’objectif est de faire voir le jour à une infrastructure nationale spécialisée dans la mise au point, l’analyse et la conservation de modèles de souris ; ceci pour mieux percer le fonctionnement des gènes responsables de maladies et pour tester des thérapies innovantes. Conduit par Yann Hérault, directeur de l’Institut Clinique de la Souris, ce projet fédère des équipes d’excellence en matière de génétique de la souris (Strasbourg, Orléans, Villejuif, Marseille). Il sera financé à hauteur de 27 millions d’euros. 
Le projet FRISBI, porté par Bruno Klaholz, a pour but de renforcer le statut d’expert mondial de la France en biologie structurale intégrée en regroupant et en équipant les cinq sites d’excellence française dans ce domaine : Grenoble, Montpellier, Strasbourg, Marseille et Saclay. 32 millions d’euros seront ainsi alloués à l’étude des interactions entre constituants au niveau intracellulaire afin de concevoir de nouveaux médicaments.
L’IGBMC est également impliqué dans le projet France-GENOMIQUE coordonné par le CEA et qui vise à développer les capacités des chercheurs français dans les domaines du séquençage haut débit, du génotypage et de l’analyse bioinformatique. La dotation totale qui atteint 60 millions d’euros permettra de financer des équipements à Evry, Paris, Marseille, Toulouse, Sophia-Antipolis et Strasbourg.

Imprimer Envoyer

Université de Strasbourg
INSERM
CNRS

IGBMC - CNRS UMR 7104 - Inserm U 964
1 rue Laurent Fries / BP 10142 / 67404 Illkirch CEDEX / France Tél +33 (0)3 88 65 32 00 / Fax +33 (0)3 88 65 32 01 / directeur.igbmc@igbmc.fr