4 départements de recherche
750 employés
45 nationalités
55 équipes de recherche
16 lauréats ERC
260 publications par an
24000 m² de laboratoires

Soutenez-nous via

Fondation universite de Strasbourg

Service Communication

Tél. +33(0) 3 88 65 35 47

Accès direct

Science & société

Les chiffres 2014

11 bourses ERC
16 prix et distinctions
3 rendez-vous grand public
23 actualités scientifiques majeures

Actualités scientifiques

Immunité innée : une nouvelle voie de signalisation découverte

Schéma de la phosphorylation de l’inflammasome par Golgi

Protein kinase D at the Golgi controls NLRP3 inflammasome activation.

Zhang Z(1)(2)(3)(4), Meszaros G(1)(2)(3)(4)(5), He WT(6), Xu Y(1)(2)(3)(4)(7)(8), de Fatima Magliarelli H(1)(2)(3)(4), Mailly L(4)(9), Mihlan M(1)(2)(3)(4), Liu Y(10), Puig Gamez M(1)(2)(3)(4), Goginashvili A(1)(2)(3)(4), Pasquier A(1)(2)(3)(4), Bielska O(1)(2)(3)(4), Neven B(11)(12), Quartier P(11)(12), Aebersold R(10)(13), Baumert TF(4)(9)(14), Georgel P(4)(15), Han J(6), Ricci R(16)(2)(3)(4)(5).

J Exp Med 17 juillet 2017


18 juillet 2017

La défense d’un organisme dépend de sa capacité à reconnaître les signaux de dangers, notamment grâce aux macrophages qui agissent contre les agents pathogènes et les débris cellulaires. L’activation de ces cellules représente un mécanisme crucial de la défense immunitaire et leur dérégulation est à l’origine d’un excès d’inflammation ainsi que de maladies autoimmunes. L’équipe de Roméo Ricci a mis à jour une nouvelle voie de signalisation impliquée dans la régulation de l’inflammation. Pour la première fois, il a été observé que l’appareil de Golgi, une importante structure de la cellule, intervient dans l’activation de l’inflammasome, un complexe protéique sensible aux pathogènes. Les chercheurs ont également montré qu’interférer avec son activation bloquait l’inflammation. Ces travaux sont publiés le 17 juillet 2017 dans le Journal of Experimental Medecine (JEM).

 

Cellules impliquées dans la réaction immunitaire, les macrophages disposent de deux systèmes de défense contre les signaux de dangers : des récepteurs à leur surface membranaire et un système intracellulaire composé de molécules sensibles aux pathogènes, dont fait partie l’inflammasome. Cette plateforme de signalisation détecte les microorganismes pathogènes et les facteurs responsables de l’inflammation.

 

L’équipe de Roméo Ricci s’est plus particulièrement intéressée au mécanisme d’activation de l’inflammasome NLRP3. Pour être activé, d’autres études avaient déjà montré qu’une liaison directe avec les membranes du réticulum endoplasmique associées aux mitochondries (MAM) était nécessaire. Pour la première fois, les chercheurs ont montré que l’appareil de Golgi active une protéine kinase à l’origine de la phosphorylation de l’inflammasome NLRP3. Cette phosphorylation est essentielle pour libérer l’inflammasome des MAMs afin de permettre le recrutement d’autres composants et l’assemblage de l’inflammasome NLRP3 mature dans le cytoplasme. Une fois l’inflammasome NLRP3 ainsi activé, l’inflammation est provoquée.

 

Chez les personnes atteints d’une maladie génétique rare appelée CAPS, dans laquelle le gène codant pour la protéine NLRP3 est muté, l’inflammasome NLRP3 est activé en permanence entraînant une surinflammation. En étudiant in vitro les cellules de ces patients, les chercheurs ont démontré que l’inhibition de la protéine kinase D responsable de la phosphorylation et donc de l’activation de l’inflammasome NLRP3 bloque cette inflammation.

 

La compréhension des mécanismes responsables de l’activation de l’inflammasome représente donc un espoir de traitement pour ces patients et une avancée majeure pour la recherche en immunologie.

 

Cette étude a été financée par l’USIAS à l’Unistra et le Conseil européen pour la recherche (ERC).          

Imprimer Envoyer

Université de Strasbourg
INSERM
CNRS

IGBMC - CNRS UMR 7104 - Inserm U 964
1 rue Laurent Fries / BP 10142 / 67404 Illkirch CEDEX / France Tél +33 (0)3 88 65 32 00 / Fax +33 (0)3 88 65 32 01 / directeur.igbmc@igbmc.fr