4 départements de recherche
750 employés
45 nationalités
55 équipes de recherche
16 lauréats ERC
260 publications par an
24000 m² de laboratoires

Soutenez-nous via

Fondation universite de Strasbourg

Service Communication

Tél. +33(0) 3 88 65 35 47

Accès direct

Science & société

Les chiffres 2014

11 bourses ERC
16 prix et distinctions
3 rendez-vous grand public
23 actualités scientifiques majeures

Actualités scientifiques

Régulation de la prolifération cellulaire par la protéine BTG2

Mécanisme de stimulation du raccourcissement de la queue poly(A) des ARN messagers par BTG2. En l’absence de BTG2, la désadénylase CAF1 a une activité limitée (illustration du haut). BTG2, qui a la capacité de lier aussi bien la désadénylase CAF1 que la protéine Poly(A)-Binding (PABP), permet de recruter et de positionner efficacement CAF1 sur son substrat : la queue poly(A) des ARN messagers. Ainsi, BTG2 stimule la dégradation de la queue poly(A) par CAF1 (partie du bas).

BTG2 bridges PABPC1 RNA-binding domains and CAF1 deadenylase to control cell proliferation.

Stupfler B, Birck C, Séraphin B, Mauxion F.

Nat Commun 25 février 2016


25 février 2016

Des chercheurs de l’IGBMC ont déterminé le mécanisme d’action de la protéine BTG2 dans la dégradation des ARN messagers (ARNm). Malgré ses propriétés importantes, son mode de fonctionnement au niveau moléculaire n’était jusqu’alors pas encore élucidé. Le nouveau mécanisme mis en lumière permet à BTG2 de contrôler la prolifération cellulaire. Les résultats ont été publiés dans la revue Nature Communications le 25 février 2016.

 

L’expression du patrimoine génétique aboutit à la production de protéines à partir d’ARN messagers (ARNm). La nature et la quantité des ARNm présents dans une cellule sont essentielles pour le bon fonctionnement de celle-ci. L’objectif de l’équipe de Bertrand SERAPHIN est de comprendre comment le processus de dégradation de l’ARN contribue à la régulation de l’expression génique et à l’élimination des transcrits défectueux.

 

Plusieurs voies impliquées dans la dégradation des ARN eucaryotes ont été identifiées. Chez l’homme comme pour les autres eucaryotes, la première étape des voies de dégradation des ARNm est généralement le raccourcissement de leur queue poly(A) appelée désadénylation. Cette étape est généralement catalysée par la désadénylase CAF1. BTG2 est une protéine de la famille BTG/Tob. Ces dernières se caractérisent par un mode commun d’interaction avec la désadénylase CAF1. BTG2 a été impliquée dans de nombreux processus biologiques. De plus, la quantité de BTG2 est moindre dans les cellules cancéreuses et son niveau d’expression corrèle avec le grade des tumeurs et la survie des patients.

 

L’effet biologique de la protéine BTG2


Les chercheurs ont précédemment observé que l’expression de BTG2 dans des cellules stimulait la dégradation des ARNm par un mécanisme inconnu. Ces nouveaux résultats révèlent une interaction inattendue de la protéine BTG2 avec les domaines de liaison au poly(A) de la protéine PABP. Cette dernière recouvre les queues poly(A) des ARNm dans les cellules. Ces observations ont permis de reconstituer pour la première fois la stimulation de l’activité désadénylase de CAF1 in vitro. Ce processus implique les protéines BTG2 et PABP seulement.

 

Les chercheurs ont précédemment observé que l’expression de BTG2 dans des cellules stimulait la dégradation des ARNm par un mécanisme inconnu. Ces nouveaux résultats révèlent une interaction inattendue de la protéine BTG2 avec les domaines de liaison au poly(A) de la protéine PABP. Cette dernière recouvre les queues poly(A) des ARNm dans les cellules. Ces observations ont permis de reconstituer pour la première fois la stimulation de l’activité désadénylase dLes scientifiques ont montré qu’au travers de son interaction avec PABP et de sa capacité à stimuler la désadénylation, BTG2 limitait la prolifération cellulaire. De nouvelles études permettront de tester si un niveau réduit de BTG2 favorise la croissance rapide et incontrôlée des cellules cancéreuses. Des traitements contrôlant le niveau de BTG2 pourraient alors être envisagés. CAF1 in vitro. Ce processus implique les protéines BTG2 et PABP seulement.

Imprimer Envoyer

Université de Strasbourg
INSERM
CNRS

IGBMC - CNRS UMR 7104 - Inserm U 964
1 rue Laurent Fries / BP 10142 / 67404 Illkirch CEDEX / France Tél +33 (0)3 88 65 32 00 / Fax +33 (0)3 88 65 32 01 / directeur.igbmc@igbmc.fr