4 départements de recherche
750 employés
45 nationalités
55 équipes de recherche
16 lauréats ERC
260 publications par an
24000 m² de laboratoires

Soutenez-nous via

Fondation universite de Strasbourg

Service Communication

Tél. +33(0) 3 88 65 35 47

Accès direct

Science & société

Les chiffres 2014

11 bourses ERC
16 prix et distinctions
3 rendez-vous grand public
23 actualités scientifiques majeures

Actualités scientifiques

Des sacs à malice pour combattre les maladies

(A) Témoin: Sacs vésiculaires regroupés dans un corps multivésiculaire dans la cellule, avant leur libération
(B) Suppression de la protéine RAL (inactivation totale du gène) : les vésicules sont produites mais en moins grand nombre
(C) Réduction de la protéine RAL (inactivation partielle du gène) : les sacs vésiculaires sont produits normalement mais restent bloqués à l’intérieur de la cellule (la fusion avec la membrane plasmique est stoppée)

RAL-1 controls multivesicular body biogenesis and exosome secretion.

Hyenne V(1), Apaydin A(2), Rodriguez D(2), Spiegelhalter C(3), Hoff-Yoessle S(2), Diem M(2), Tak S(2), Lefebvre O(4), Schwab Y(5), Goetz JG(4), Labouesse M(6).

J Cell Biol 12 octobre 2015


10 octobre 2015

Depuis quelques années, les chercheurs s’intéressent de très près aux exosomes, sacs vésiculaires produits par les cellules et capables de transporter des molécules dans tout l’organisme. Ces derniers laissent en effet présager de nouvelles perspectives thérapeutiques notamment pour le traitement du cancer. Vincent Hyenne, d’abord avec l’équipe de Michel Labouesse à l’IGBMC, puis au sein celle de Jacky Goetz à l’unité Inserm U 1109, vient de mettre en évidence le rôle clé d’une protéine dans les processus de production et d’expulsion de ces sacs vésiculaires. Leurs résultats sont publiés le 11 octobre dans la revue Journal of Cell Biology.

Les exosomes sortent de l’ombre
Les exosomes sont des vésicules formées au sein de la cellule par les corps multivésiculaires. Ces vésicules contiennent des composants cellulaires qui sont soit dégradés au sein même de la cellule, soit expulsés dans l’espace extracellulaire. Longtemps considérés comme de vulgaires sous-produits de la machinerie cellulaire visant à débarrasser la cellule de molécules nocives ou inutiles, ces vésicules ont finalement gagné leurs lettres de noblesse il y a quelques années. La communauté scientifique a en effet constaté qu’elles étaient présentes dans tous les fluides de notre corps (larmes, salive, urine, sperme, lait, sang, sueur) mais surtout que leur contenu était tout sauf neutre et transportait des informations importantes… une nouvelle voie de communication intercellulaire venait ainsi d’être découverte !

 

Mécanismes de production des exosomes
Peut-on contrôler la formation de ces sacs pour en maîtriser leur contenu ? Pourquoi certains sont libérés à l’extérieur de la cellule au lieu d’être dégradés ? Pour répondre à ces questions, il était indispensable de définir quelles protéines gouvernent ces mécanismes de formation des sacs. L’équipe de Michel Labouesse s’y est attelée depuis plusieurs années en étudiant un animal modèle très petit, le nématode C. elegans, qui sécrète également ces vésicules. Ils ont ainsi identifié une protéine, appelée RAL-1, responsable de la production des exosomes au niveau des corps multivésiculaires, mais également de leur libération à l’extérieur de la cellule. Cette protéine bien connue de la petite famille de GTPase n'avait encore jamais été associée à ce processus. Les chercheurs ont également démontré que les protéines RAL de souris (RalA et RalB) similaires à celle des nématodes avaient la même fonction et étaient également importantes pour la libération de ces petits sacs, démontrant ainsi que le mécanisme était également actif chez les mammifères.

 

Des perspectives thérapeutiques intéressantes
Plusieurs essais cliniques sont actuellement en cours visant à détourner de manière intelligente ces vésicules pour transporter des molécules thérapeutiques et lutter ainsi contre différentes maladies, et notamment le cancer. Mieux comprendre comment ces sacs vésiculaires sont formés et sécrétés est donc primordial afin d’optimiser ces nouveaux traitements.
De plus, la protéine RAL est fréquemment anormale dans certains types de cancer, ce qui semble confirmer l’importance du rôle des exosomes dans la réponse immunitaire et l’évacuation des cellules tumorales.

Imprimer Envoyer

Université de Strasbourg
INSERM
CNRS

IGBMC - CNRS UMR 7104 - Inserm U 964
1 rue Laurent Fries / BP 10142 / 67404 Illkirch CEDEX / France Tél +33 (0)3 88 65 32 00 / Fax +33 (0)3 88 65 32 01 / directeur.igbmc@igbmc.fr