4 départements de recherche
750 employés
45 nationalités
55 équipes de recherche
16 lauréats ERC
260 publications par an
24000 m² de laboratoires

Soutenez-nous via

Fondation universite de Strasbourg

Service Communication

Tél. +33(0) 3 88 65 35 47

Accès direct

Science & société

Les chiffres 2014

11 bourses ERC
16 prix et distinctions
3 rendez-vous grand public
23 actualités scientifiques majeures

Actualités scientifiques

Cancer : comment distinguer les patients à haut risque ?

A poor prognosis subtype of HNSCC is consistently observed across methylome, transcriptome, and miRNome analysis.

Jung AC, Job S, Ledrappier S, Macabre C, Abecassis J, de Reyniès A, Wasylyk B.

Clin Cancer Res 1 août 2013


24 juin 2013

L’équipe de Bohdan Wasylyk à l’IGBMC en collaboration avec le Dr Alain Jung, du Centre Paul Strauss (Centre de Lutte contre le Cancer) de Strasbourg et l'équipe de bioinformatique du programme  Cartes d'Identité des Tumeurs® de la Ligue nationale contre le cancer, est parvenue à caractériser des marqueurs biologiques fiables pour l’identification des patients atteint de cancer des voies aéro-digestives supérieures présentant un important risque de développer des métastases. Leurs résultats sont publiés le 11 juin dans la revue Clinical Cancer Research.


Avec plus de 600.000 nouveaux cas diagnostiqués dans le monde chaque année, les cancers des voies aéro-digestives supérieures (VADS) représentent un problème de santé publique majeur. Il s’agit du 5ème cancer le plus fréquent dans le monde, et la 4e cause de décès lié au cancer chez le patient de sexe masculin en France. Particulièrement fréquente dans le nord-est de la France, cette pathologie affecte la région de la bouche, du nez, du larynx ou du pharynx. La consommation excessive de tabac et d’alcool ou l’infection par le Papillomavirus Humains peuvent en être la cause. Environ 20% des patients développent des métastases dans d’autres parties du corps, une complication qui s’avère fatale pour la plupart d’entre eux, et ce dans les trois ans après la détection du cancer. Pour aider les médecins à développer des réponses thérapeutiques sur-mesure, il est primordial de détecter ces patients à haut risque.

 

Les chercheurs ont étudié les tumeurs d'une centaine de patients atteints de cancer VADS sur l'ensemble du génome : la méthylation de l'ADN (méthylome), l'expression de l'ARN messager (transcriptome), l'expression de microARN (miRNome) et le nombre de copies d'ADN (génome). L'analyse des anomalies de ces quatre processus biologiques essentiels leur a permis d’identifier un sous-groupe d’individus présentant un risque particulièrement élevé de développer des métastases parmi l’ensemble des patients atteints de cancer VADS.

 

Les chercheurs ont ensuite étudié quelles fonctions biologiques étaient affectées chez ce sous-groupe de patients. Ils ont constaté que les processus d’adhésion cellulaire, la mort cellulaire programmée, la réponse immunitaire ou la transition épithélio-mésenchymateuse (étape par laquelle une cellule épithéliale cancéreuse se transforme en cellule mésenchymateuse, libre de se déplacer dans l’organisme) étaient altérés. Cette étude, initiée en 1999, s’inscrit dans le cadre du programme Cartes d'Identité des Tumeurs® financé par la Ligue nationale contre le cancer. Ce projet d’envergure nationale vise à alimenter une base de données des anomalies tumorales et offre un support pour une analyse statistique dont les résultats sont exploités en collaboration avec les chercheurs et les oncologues.

 

Ces résultats apportent de nouveaux éléments pour l’identification des patients de mauvais pronostic atteints de cancer VADS. Par ailleurs, cette découverte fondamentale fournit des données significatives pour mieux comprendre les mécanismes moléculaires qui confèrent aux cellules tumorales un avantage pour former des métastases et identifier des marqueurs biologiques des tumeurs. Cette étude souligne également l’importance et l’intérêt des partenariats entre chercheurs en biologie fondamentale, cliniciens et bio-informaticiens unis pour faire reculer le cancer.

Imprimer Envoyer

Université de Strasbourg
INSERM
CNRS

IGBMC - CNRS UMR 7104 - Inserm U 964
1 rue Laurent Fries / BP 10142 / 67404 Illkirch CEDEX / France Tél +33 (0)3 88 65 32 00 / Fax +33 (0)3 88 65 32 01 / directeur.igbmc@igbmc.fr