4 départements de recherche
750 employés
45 nationalités
55 équipes de recherche
16 lauréats ERC
260 publications par an
24000 m² de laboratoires

Soutenez-nous via

Fondation universite de Strasbourg

photo

Chef d'équipe

Annick DEJAEGERE
annick.dejaegere@igbmc.fr
Tel. : +33 (0)3 68 85 47 21

Les chiffres

52 équipes de recherche
134 chercheurs
95 post-doctorants
132 doctorants
194 ingénieurs & techniciens
22 masters
132 administratifs & services généraux 110 personnels ICS

Accès direct

Recrutement

Dynamique Structurale Du Récepteur Nucléaire Ppargamma : Implications Dans La Carcinogenèse Des Tumeurs De La Vessie

Reference : PhD STOTE Roland

Publication de l'offre : 5 avril 2016

Les récepteurs nucléaires (RN) forment la plus grande famille de facteurs de transcription régulant la transcription de gènes chez les métazoaires. Ils contrôlent de nombreux processus liés au cycle cellulaire, à la différentiation, à l'apoptose, au développement, à la reproduction et à l'homéostasie. Les récepteurs nucléaires ont pour caractéristique importante de réguler l'expression des gènes suite à la fixation de petits ligands.

La famille des récepteurs nucléaires comprend les récepteurs des hormones stéroïdes, des hormones thyroïdiennes, de la vitamine D et des rétinoïdes ainsi que des récepteurs qui lient des régulateurs lipidiques du métabolisme. Cette activité ligand dépendante fait des récepteurs nucléaires des cibles
centrales pour le développement de médicaments dans de nombreuses maladies telles que le diabète, l'artériosclérose, les maladies inflammatoires chroniques, le cancer, etc.
Des altérations génétiques de membres de la famille des récepteurs nucléaires, le PPARg (Peroxisome proliferator-activated receptor gamma) et le RXRa (récepteur X aux rétinoïdes) ont été identifiées et associées à un sous-groupe particulier de tumeurs de la vessie infiltrant le muscle (TVIM).
Ces altérations, couplées à d’autredonnées, suggèrent un rôle protumorigène du complexe PPARG-RXRA lorsqu’il est activé par différentes altérations génétiques dans les TVIM luminales. Cependant, le mécanisme d'action moléculaire du complexe PPARG-RXRA dans la carcinogenèse de ces tumeurs reste à identifier.

L'objectif du projet de thèse est d'étudier les relations structure-dynamique-fonction et les mécanismes moléculaires d’interaction de PPARg et RXRa et de caractériser les changements de dynamique structurale induits par les mutations identifiées dans les tumeurs, leur influence sur la liaison du complexe à des séquences d’ADN et à des coactivateurs, et identifier des ligands qui modulent cette structure/activité.

Le projet sera focalisé sur plusieurs mutations activatrices ciblant différents domaines du PPARg, dont l’impact sera étudié par des méthodes de biophysique computationnelle. L’ensemble de ces résultats devrait conduire à de nouvelles stratégies thérapeutiques pour les tumeurs de vessie luminales, en ciblant soit le complexe PPARg-RXR soit ses gènes cibles.
Le travail nécessitera de développer et d’appliquer des méthodes performantes de simulations moléculaires pour étudier les effets allostériques sur la dynamique fonctionnelle du RN. Le projet est développé en collaboration avec des équipes de biophysique expérimentale et de biologie cellulaire.

- COMPETENCES SOUHAITEES : Le projet s'adresse à des biologistes/bioinformaticiens, chimistes ou physiciens ayant une volonté affirmée de développer des méthodes innovantes de simulation numérique et de les appliquer à des problèmes d'intérêt biologique, dans un contexte pluridisciplinaire à l'interface théorie/ expérience. La connaissance du système UNIX/Linux, d'au moins un langage de programmation et/ou de script est souhaitable, ainsi que des connaissances en biologie structurale, en chimie physique, en modélisation moléculaire et/ou en bioinformatique.

- EXPERTISES QUI SERONT ACQUISES AU COURS DE LA FORMATION : Le/la candidate développera une culture scientifique à l'interface biologie-chimie-physique et développera des compétences pratiques en informatique et programmation, ainsi que dans l'utilisation de méthodes de pointe en simulation numérique et modélisation moléculaire. L'ensemble de ces compétences permet d'envisager aussi bien une carrière industrielle (principalement dans l'industrie pharmaceutique, ou développement de logiciels) qu'académique.

Votre candidature

Date limite de candidature : 31 décembre 2016

Imprimer Envoyer

Université de Strasbourg
INSERM
CNRS

IGBMC - CNRS UMR 7104 - Inserm U 964
1 rue Laurent Fries / BP 10142 / 67404 Illkirch CEDEX / France Tél +33 (0)3 88 65 32 00 / Fax +33 (0)3 88 65 32 01 / directeur.igbmc@igbmc.fr